Historique

Un site à l'histoire riche et épique

voyage-dans-les-alpes
1796

Horace de Saussure
médiatise les Gorges

Horace de Saussure publie « Voyage dans les Alpes » et médiatise les gorges du Sierroz : « La route de Rumilly à Aix ne présente rien de remarquable, si ce n’est qu’à une demi-lieue de cette ville on traverse un ruisseau qui a mis à découvert les bancs de pierre calcaire sur lesquels il passe… Il forme là des cascades vraiment pittoresques auprès d’un moulin qu’on laisse à gauche en venant à Aix. Les amateurs des tableaux de ce genre seront ravis… »

Au commencement,
un terrible accident

 

adele-de-broc

Adèle de Broc se noie dans la cascade de Grésy, le 10 juin 1813, sous les yeux de son amie la reine Hortense. Cette dernière fait élever sur les lieux du drame une stèle qui invite les visiteurs à la prudence avec ce message : « Ici, Madame la baronne de Broc, âgée de 25 ans, a péri sous les yeux de son amie, le 10 juin 1813. O vous qui visitez ces lieux, n’avancez qu’avec précaution sur ces abîmes : songez à ceux qui vous aiment ! »

Ce tragique évènement contribuera à la vision romantique des gorges.

1813
gorges_sierroz_1813
cascade_gresy
tableau_gorges_sierroz
moulin
1832

Alexandre Dumas
visite les Gorges

alexandre_dumasCet accident attirera les curieux de tous poils qui viendront découvrir la cascade et se recueillir devant la stèle. Parmi eux, Alexandre Dumas, le géant des Lettres françaises qui séjourne à Aix et visite la cascade et ses moulins et nous laisse un témoignage dans son récit « Impressions de voyage », 1833.

Alphonse de Lamartine, l’écrivain qui célèbre le lac du Bourget dans son fameux poème Le lac (Méditations poétiques, 1820) et qui passa plusieurs été à Aix-les-Bains entre 1816 et 1830 relate une visite avec Julie à la Cascade de Grésy (Raphaël, 1849). Bien d’autres artistes, dessinateurs, peintres, poètes ou photographes immortaliseront la beauté romantique des gorges.

Napoléon III
en pèlerinage

Imported from JPEG image:

Lors du voyage qui suit le rattachement de la Savoie à la France, l’empereur Napoléon III et l’impératrice Eugènie, se rendent aux gorges du Sierroz, le 29 août lors d’une visite inopinée qui est restée fameuse. Le couple impérial est accueilli par des arcs de triomphe, une foule d’habitants, le maire, le curé du village et la famille de meuniers Collomb qui habite et fait fonctionner les moulins de la cascade. L’empereur se fait présenter le vieillard qui avait repêché des eaux le corps de l’infortunée Adèle. Napoléon III avait 5 ans au moment de l’accident qui éprouva tant sa mère et c’est un peu en pèlerinage qu’il vient se recueillir sur ces lieux en mémoire de sa mère et de son amie.

1860
napoleon_3_gorges_sierroz
bateaux_gorges
bateau_gorges
canyon
1881

Un bateau
dans les gorges !

Les Collomb, la famille propriétaire des moulins bâtiments d’exploitation a la bonne idée de détourner l’usage industriel du barrage pour faire naviguer un bateau au fond des Gorges.

En hommage au nom de famille des créateurs et au célèbre navigateur, le premier bateau – à vapeur – est ingénieusement baptisé « Le Christophe Collomb ». A son bord, puis sur « Le Rêve », son successeur, les visiteurs partent à la découverte de la physionomie des Gorges. L’idée est géniale et en 1888, la « Société des Gorges du Sierroz Collomb et Compagnie » est créée.

Un circuit touristique
complet

Fin XIXème et début XXème siècle, un ensemble de services se développent autour de la visite des Gorges. Depuis Aix-les-Bains, plusieurs moyens de transport publics permettaient de rejoindre « Gresy-cascade » en une vingtaine de minutes : un service de voitures publiques, le tramway, inauguré en 1897, puis un service d’autobus ou encore le train.

Sur place, restaurant, salon de thé, boutique de souvenirs, produits du terroir, la visite des Gorges propose un circuit touristique complet… Au fil des années, les gorges sont équipées d’installations touristiques venant agrémenter l’excursion des promeneurs.

1897
ancienne-scierie
c31
c32
moulins
cascade
1910

Site naturel
classé patrimoine national

La famille Poncet, nouveau propriétaire du site prend en main la gestion des Gorges du Sierroz. Ce ne sont plus des meuniers comme la famille Collomb Un nouveau bateau « Le Rêve » remplace « Le Christophe Collomb ».

Les gorges sont alors classées par arrêté ministériel parmi les sites et monuments naturels de caractère artistique ce qui place le site sous la protection directe de l’Etat. C’est le premier site naturel classé patrimoine national en Savoie.

La Belle Epoque révolue, pendant la 1ère guerre mondiale les soldats américains profitent de leur temps libre pour visiter le canyon.

Un tourisme
plus populaire

A partir de 1950, les soins thermaux sont pris en charge par la Sécurité Sociale et un tourisme plus populaire remplace celui des têtes couronnées. Les Gorges du Sierroz sont toujours une sortie de choix pour tous et une visite appréciée pour les excursions scolaires.

1950
film_2
film
publicite_gorges
tourimse_gorges
canyon_2
canyon
1970

Le déclin,
fin de la navigation

Rien ne va plus dans les Gorges du Sierroz. Le nouveau bateau insubmersible, la « Marie-Jeanne », se révèle ingouvernable dans le canyon. En 1972, une commission de sécurité pointe plusieurs problèmes de sécurité sur les installations. Le garde-fou de la passerelle n’est pas aux normes. Le barrage prend l’eau… La balade en bateau s’arrête en 1971.

Seule la promenade pédestre se poursuit mais les Gorges, sans la navigation, perdent de leur attrait et la multiplication des problèmes ne permet plus à la propriétaire du site d’assumer seule l’exploitation. Elle cède ce patrimoine touristique à la ville d’Aix-les-Bains en 1978.

Arrêt de l’exploitation touristique,
un site en friche

L’audit mené alors réserve de mauvaises surprises à la ville d’Aix. Le bilan des installations est désastreux dévoilant les dangers de l’ouverture au public. Sur préconisation des experts, les autorités publiques suspendent l’exploitation touristique du site le 25 mai 1980, jusqu’à rénovation des installations…
En 1983, la ville d’Aix-les-Bains abandonne l’idée d’une réouverture du site.
En 1985 Nadia Noé-Chapuis envisage une navigation à deux bateaux, un projet innovant mais qui ne verra pas le jour.

1980
gorges_1980
gorges_abandon
gorges_friche
friche
barage
cuves-huilerie
canyon_1999
gorges_1999
1999

Grand Site du département,
des idées pour une réhabilitation

Suite à l’étude diagnostic réalisée sur l’environnement des Gorges en 1992 par le Conseil général de la Savoie, les gorges s’inscrivent dans la politique de valorisation des paysages exceptionnels du territoire et, en 1999, les Gorges deviennent Grand Site du département de la Savoie.

Dans la foulée, de nouvelles idées voient le jour. La municipalité Grosjean envisage un réaménagement par phasage et réfléchit à la rénovation du barrage équipé d’une exploitation hydroélectricité. En 2002, sous le mandat de Dominique Dord, un aménagement ludique du canyon est envisagé.

Création de l’association
Au cœur des Gorges du Sierroz

Plusieurs personnes se réunissent et créent une association pour sortir les Gorges du Sierroz de l’oubli. En effet 30 ans après la fermeture au public, beaucoup ne connaissent pas l’existence même du canyon. L’association s’attache ainsi à faire connaître et partager l’histoire de ce site exceptionnel et à promouvoir une réhabilitation conforme à l’esprit des sites classés auprès des pouvoirs publics.

Son but : la connaissance, la sauvegarde, la valorisation du site naturel classé des Gorges du Sierroz et le partage de ses connaissances auprès des acteurs publics et du grand public.
2010 est aussi une date anniversaire, c’est les 100 ans du classement des gorges dans notre patrimoine national. A cette occasion, une exposition itinérante « Les Gorges du Sierroz, l’invitation au voyage » voit le jour.

2010
association
association_action
association_nettoyage
association_reperage
action_association
bicentenaire_accident
drone_gorges
film_gorges_sierroz
2013

Bicentenaire de
l’accident de la Cascade

1813-2013, deux siècles après l’évènement qui contribua à faire connaître les Gorges, l’association commémore le bicentenaire en mémoire d’Adèle de Broc et organise une journée commémorative avec le Souvenir napoléonien.

L’association conçoit un avant-projet pour sauvegarder et rendre visible au public la stèle élevée par la Reine Hortense en mémoire de cet accident – en attendant la réalisation de travaux de plus grande ampleur. En 2013, est également réalisé un vidéo-clip sur les Gorges du Sierroz notamment grâce à des images aériennes faites par un drône.

La réhabilitation
en marche !

La Communauté d’agglomération du lac du Bourget – Grand lac – décide, en 2015, d’investir 1,3 millions d’euros dans un aménagement des gorges et recourt, en 2016, à différents bureaux d’études : paysagiste, architecte, géologue pour créer un nouvel aménagement du site en lien avec les services de l’Etat en charge des sites classés (DREAL)

L’association Au cœur des Gorges du Sierroz apporte conseils et préconisations et partage sa bonne connaissance du site avec les acteurs du projet. En parallèle, elle poursuit son objectif de valorisation des Gorges du Sierroz en décidant de la conception d’un nouveau site Internet portail sur les Gorges du Sierroz.

2018
gorges_ouverture